Lorient, port OGM

Ce mercredi un nouveau «faucheur d’OGM» était convoqué au commissariat (article précédent), mais cette fois-ci c’était en relation avec une action qui s’était déroulée à Lorient le vendredi 2 octobre.

À la sortie de son «audition libre» Didier a expliqué :

La marche contre Monsanto du 23 mai avait bien illustré le refus de la population vis-à-vis de l’usage des OGM dans la production de viande en Bretagne. Les brins de laine que nous avions accroché aux grilles des silos avaient permis de laisser une marque du passage des quelques 2500 personnes présentes ce jour là.

Une fois de plus, la réponse des autorités, de l’exploitant et du conseil Régional de Bretagne fût aussi éloquente que pour les actions de destruction de soja réalisées par les faucheurs volontaires d’OGM : RIEN. « Il ne s’est rien passé ». Ils se sont contentés d’effacer au plus vite toutes les traces de cette dénonciation.

Face au nettoyage express des brins de laine, nous avons décidé de commémorer tous les premiers vendredis du mois cette opération de marquage des lieux, afin de ne pas oublier mais aussi d’informer tous les passants de ce système de production basé sur l’usage légal de poison.
Les OGM ne sont que des pompes à pesticides.

Nous ne voulons plus ni pesticide ni OGM dans nos assiettes.
Nous n’en voulons pas plus dans nos champs que dans ceux des autres, même s’ils sont à l’autre bout du monde et qu’ils meurent en silence.

Cette industrie toxique poursuit son œuvre grâce au port de Lorient et sans être soumise au devoir d’étiquetage. »

Je vous remercie tous de votre soutien direct ou indirect.

Didier était donc entendu suite à une plainte pour «dégradation volontaire de bien privé». Tout laisse à penser qu’il s’agit du travail d’information et de dénonciation réalisé en début de mois sur la palissade d’enceinte du port de commerce :

lorientsojapoisonpesticidesemploidanger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.