Logement social : les élu·e·s déchantent

Norbert Métairie (président de Lorient Agglomération) et Marie-Christine Détraz (vice présidente en charge de l’urbanisme) se sont exprimés aujourd’hui dans la presse sur la politique du gouvernement Macron. Et leurs critiques sont vigoureuses : Norbert Métairie parle d’« une réforme majeure et complexe que le gouvernement vante à coup de contre-vérités ». Marie-Christine Detraz enfonce le clou. « On veut nous faire croire que cette réforme agit pour le bien des locataires. C’est faux et indécent ».

Au Pays de Lorient la demande sociale reste forte (5.000 dossiers en attente), dans un contexte de paupérisation des nouveaux demandeurs. À Lorient Agglo, les organismes HLM logent 16.000 personnes dont 69 % ont des revenus faibles (moins de 1.100 €/mois) et 27 % très faibles (370 €/mois pour une personne seule). Dans un tel contexte la politique du gouvernement, libérale en ce sens qu’elle consiste à affaiblir tous les moyens de soutien (APL, prêt à taux zéro …) ne peut qu’amoindrir les capacités des bailleurs sociaux : en leur demandant d’absorber la baisse de l’APL par une baisse correspondante des loyers, le gouvernement diminue d’environ 20% leur capacité financière

Pour la vice-présidente au logement on est là face à une remise en cause du modèle du logement social en France et cette remise en cause ne peut qu’aboutir au renforcement de la ségrégation urbaine, en donnant un coup de frein aux opérations immobilières mixtes (location, accession sociale et locative) auxquelles participent les bailleurs sociaux.

Norbert Métairie devrait proposer, lors du prochain conseil d’agglo qui se tiendra le 17 octobre prochain, une motion pour demander la suspension des mesures annoncées par le gouvernement.

1 commentaire pour “Logement social : les élu·e·s déchantent

  1. philippe ls
    5 octobre 2017 à 19 h 46 min

    Il devraient en parler à leur ami Gwendal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *