Inf’Eau du Scorff

Dans son numéro 23 de l’Inf’Eau du Scorff (.pdf de 5Mo), le Syndicat du Bassin du Scorff signale la distribution de 125 petits panneaux – réalisés par l’illustrateur Cléguerois Loïc Tréhin – que les municipalités du bassin engagées dans les alternatives au désherbage chimique sont invitées à placer en guise d’explication sur leurs espaces verts.

Le Syndicat du Bassin du Scorff explique ainsi la démarche : «À l’heure où le Glyphosate est classé comme cancérigène potentiel par l’Organisation Mondiale de la Santé et sans attendre l’entrée en vigueur de la Loi « Labbé », les communes de la vallée du Scorff ont pris les devants et le font savoir. Moins de désherbants, c’est plus de nature en ville, une attention portée à la santé des habitants et une qualité de l’eau préservée. La végétation spontanée fait sa réapparition sur les trottoirs ? Qu’à cela ne tienne, chacun peut prendre part à l’entretien de la voirie devant son domicile. Plusieurs
communes l’ont même imposé par arrêté dans l’esprit du Règlement Sanitaire Départemental. Place, aux méthodes
naturelles : désherbage manuel, mécanique ou thermique de rigueur ! Quant aux fleurs vagabondes, elles peuvent aussi jouer un rôle positif. Sachons donc les accueillir pour embellir plutôt que de chercher à les éliminer !»

Dans ce même numéro, le syndicat communique les données 2014 de la qualité de l’eau. Concernant le niveau de nitrates (que nous avions évoqué précédemment), il est stable en amont et il a un peu baissé à la station de Pont-Scorff.

nitrates_scorff_2011-2014Une valeur moyenne plutôt encourageante qu’il convient de tempérer du fait que le niveau a pu monter, à certains moment de l’année à 25 mg/l.

À noter aussi que parmi les molécules détectée on trouve les traces d’un désherbant maïs (atrazine déséthyl) … dont l’utilisation est interdite depuis 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *