Énergie citoyenne

Hier soir à Lorient se tenaient successivement les AG de la société «Toit solaire Mellac» et celle de l’association Bretagne Énergies Citoyennes (BEC).

Le toit solaire sur la Biocoop de Mellac a été la première réalisation de BEC, une association du Pays de Lorient qui entend pousser à la transition énergétique en favorisant les énergies renouvelables. À cette époque le tarif de rachat par EDF de l’électricité était intéressant et BEC avait alors opté pour la pose d’un revêtement photo-voltaïque sur le toit de la toute nouvelle biocoop avec revente de la production à EDF.

Depuis la politique a changé et BEC a récemment participé à une nouvelle réalisation, avec la mairie de Lorient cette fois-ci, consistant en la pose de panneaux solaires dont la production est immédiatement consommée par le bâtiment lui-même (on parle d’auto-consommation). Pour cette nouvelle opération, une nouvelle SAS (Société par Actions Simplifiée) nommée OnCIMè a été créée.

D’autres projets d’auto-consommation sont en gestation et l’une des questions discutées par l’AG hier soir a été de savoir s’ils devaient être étudiés et conduits par l’une des deux sociétés déjà créées. Après quelques échanges le consensus s’est établi pour dire qu’il était préférable que ce soit l’association BEC qui mène les réflexions et fasse les études, quitte ensuite, pour la mise en oeuvre, à transmettre le projet à l’une des sociétés, voire à en créer une autre. Il s’agissait ainsi de signifier que le sens de ces projets n’est pas prioritairement de faire des bénéfices, mais bien de participer à un effort citoyen en faveur de la transition énergétique.

Cela dit des bénéfices il y en a bien, comme on a pu le voir lors de l’étude des comptes de la SAS Toit Solaire de Mellac, dont la production (et donc les recettes) continue de suivre la courbe attendue. Les résultats d’exploitation positifs ont été affectés aux réserves, les sociétaires ayant décidé de ne percevoir de dividendes que tous les 4 ans, pour minimiser les frais. De toutes façons, l’appât du gain n’est visiblement pas la motivation des sociétaires, comme le montre le fait que seuls aient faire valoir leur droit à retrait deux, trois personnes qui avaient juste besoin de fonds pour d’autres projets.

Dans les projets impulsés par BEC le but est bien, non pas de faire fructifier du capital avec des rendements importants, mais d’utiliser son épargne en la gardant relativement disponible et surtout en lui donnant du sens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.