Visite à Ifremer

L’Institut Français pour la Recherche et l’Exploitation de la Mer (IFREMER) compte encore, malgré les diminutions de ces dernières années, 1600 salariés sur l’ensemble de ses sites. Il possède 8 navires et plusieurs submersibles dont un engin téléopéré pour grande profondeur.

Dépendant du centre de Brest, l’antenne de Lorient, qui se trouve non loin de la base sous-marine, est spécialisée dans l’halieutique, c’est à dire ce qui se rapporte à la pêche.

La visite organisée ce vendredi 2 août était centrée sur la présentation du bassin d’essais dont Ifremer est maintenant équipé et qui permet aux chercheurs de poursuivre leurs études pour améliorer les engins de pêche avec deux objectifs majeurs : les rendre plus efficaces et économes (moins énergivores) et plus sélectifs (en ciblant mieux les espèces et les tailles, par diverses techniques et notamment un travail sur les types de maillage).

Bien entendu, les explications et la discussion ont aussi largement porté sur les questions de durabilité des pêches.  Pour les intervenants d’Ifremer, la prise de conscience et les découvertes techniques des 10 dernières années ont réellement permis des avancées importantes. La pêche profonde, qui a fait de gros dégâts par le passé, est maintenant très contrainte, limitée 5% des zones qui, nouveaux matériels aidant, sont en passe de retrouver un équilibre. Aussi ont-ils du mal à entendre le discours catastrophiste des ONG environnementales sur le sujet.

D’un autre côté on peut se demander si la catastrophe n’aurait pas eu lieu si ces ONG n’avaient pas crié «casse-cou !» pendant bien longtemps avant que des mesures soient enfin prises. D’ailleurs si les intervenants d’Ifremer s’inquiètent de la radicalité de la perspective du «zéro rejet» (obligation de garder à bord tout ce qui est relevé), ils reconnaissent qu’il y aura là une motivation puissante pour mettre en oeuvre les techniques et les matériels qu’ils préconisent.

 

Explications devant le bassin d'essais (vu du haut)

Explications devant le bassin d’essais (vu du haut)

Chalut traînant au fond

Chalut traînant au fond

Chalut pélagique

Chalut pélagique

Exemple de maillage qui évite les effets d'étirement et facilite l'évasion de poissons non ciblés.

Exemple de maillage qui évite les effets d’étirement et facilite l’évasion de poissons non ciblés.

Projet de nasse permettant une capture moins traumatisante (que le chalut).

Projet de nasse permettant une capture moins traumatisante (que le chalut).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.