Un mardi en Enfer

Chaque troisième mardi du mois le Conseil de Développement du Pays de Lorient (CDPL) organise une réunion publique sur l’un des enjeux du territoire.

Hier soir c’est du numérique qu’il était question et il avait été choisi d’en discuter à Cléguer. C’est un choix presque paradoxal car, il s’agit d’une commune rurale qui comprend de nombreux villages et hameaux (2/3 des habitants vivent hors de la ville centre) et où de nombreuses zones sont mal voire pas du tout couvertes par l’ADSL. C’est probablement ce qui a motivé un nombre important d’habitants de l’Enfer (petit village à l’est du bourg) à venir assister à cette réunion pour témoigner des grandes difficultés de connexion qu’ils rencontrent.

Il y a quelques années, lors des efforts de déploiement de l’ADSL hors des agglomérations, le Conseil Général a financé la mise en place d’un relais pour desservir la zone de l’Enfer. Pendant quelque temps la connexion a été relativement correcte. Mais l’augmentation du nombre de foyers à servir et le développement des usages dévoreurs de bande passante (photos, vidéos, streaming) ont abouti à une dégradation des performances au point que, en fin de journée, c’est … l’enfer. Il aurait fallu redimensionner les équipements, mais cela n’a pas été fait, entre autres parce que les compétences respectives de la Région, des départements et des communautés de communes étaient en cours de redéfinition.

D’ici quelques mois la situation devrait s’améliorer pour les habitants de l’Enfer. En effet Cléguer fait partie des 19 communes (celles qui composaient Cap Lorient) qui sont concernées par le déploiement de la fibre optique qui devrait s’achever dans les trois prochaines années et l’Enfer est visiblement une zone qui a été définie comme prioritaire par Lorient Agglo et l’opérateur (Orange).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.