Étiquetage d’OGM, et de trois !

Près de 50 personnes étaient rassemblées ce lundi 26 septembre à 17h30 devant la gendarmerie de Pont-Scorff pour accompagné Victor qui y avait été convoqué.

Cette convocation est un nouvel épisode qui fait suite à une opération d’étiquetage qui avait eu lieu au printemps dernier dans un magazine Lidl de Lorient (voir http://paysdelorient.info/?p=3752).

On constate cependant une inflexion par rapport à la convocation précédente de deux «étiqueteurs volontaires». Alors que ce 4 août, les charges notifiées étaient confuses et variées, cette fois-ci l’accusation s’est resserrée sur le délit «d’entrave à la liberté du travail». Cette mise en cause ne devrait pas tenir la route, car à aucun moment les «étiqueteurs» n’ont fait quoique ce soit pour empêcher les salarié/es des magasins concernés par leurs opérations de travailler.

Par contre cette qualification comme délit fonde, en droit, la demande des gendarmes de fichage (prise d’empreintes), un fichage auquel s’est opposé Victor … ce qui est susceptible de lui valoir des ennuis supplémentaires !

La question est maintenant de savoir si le procureur de la République estimera opportun de poursuivre les «étiqueteurs volontaires» ou s’il préférera – comme la loi l’y autorise – à classer sans suite.

Comme la fois précédente, une partie des personnes mobilisées ont profité de l’occasion pour une nouvelle opération d’étiquetage dans le supermarché proche de la gendarmerie.

ogm_20160926_v

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.