Conseil communautaire du 4/04/17 : interventions

Lors du conseil communautaire du 4 avril 2017, Delphine Alexandre, pour À gauche l’Union Citoyenne, Solidaire et Écologiste est intervenue sur plusieurs points :

Bordereau 7 : Délégations de pouvoir

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les Conseillers,

Les délégations de pouvoir attribué à Monsieur le président se situent dans le cadre de la légalité. Nonobstant, on observe l’attribution de sommes extravagantes : dans le tableau des marchés, avec
100 000 euros attribués à l’inauguration de la nouvelle gare, on est amené à penser que l’austérité, ce n’est pas pour tout le monde…
Le pôle multimodal est un aménagement structurant de notre territoire, nous en convenons volontiers.
Toutefois, il nous aura coûté fort cher avec, notamment le désengagement de l’état tel qu’il apparaît dans les bordereaux 40 et, c’est certain : 100 000 euros, c’est bien peu en regard de la somme
de 2 372 000 euros pour lesquels l’état s’est désengagé et auquel Lorient agglo s’est substitué…

Mais pour ces 100 000 euros destinés à l’inauguration, nous attendons tout de même des explications, parce que s’il s’agit de 100 000 euros de frais de réception, de petits fours et de champagne, alors qu’on alors qu’on supprime de toutes part les services rendus à la population, c’est juste indécent !

Bordereaux 8, 9 et 10 : Informatique

Monsieur le Président, Chers collègues,

Nous ne sommes pas totalement en phase avec les propositions de services
informatiques faites par Lorient Agglomération aux communes.
Suite à la lecture des bordereaux soumis à notre vote, nous formulerons
trois observations qui motiveront notre opposition à ces propositions en
l’état :
1) le fait que la seule solution de gestion des utilisateurs proposée soit celle d’Active Directory (de Microsoft)
2) le fait que la seule solution de messagerie proposée soit celle d’Exchange (de Microsoft)
3) l’absence de proposition significative d’utilisation de matériels issus du ré-emploi. De nos jours, alors que les ressources doivent être préservées, ne pas intégrer une part de ré-emploi dans le
cadre d’un déploiement informatique nous semble pour le moins regrettable.
La question de notre utilisation du numérique est une question cruciale pour le devenir de nos sociétés. Il nous semble que notre agglomération devrait être plus ambitieuse en matière de données personnelles, d’indépendance et d’économie circulaire.
Aujourd’hui une proposition de déploiement informatique qui ne prévoitpas de ré-emploi et d’alternatives en logiciel libre, ça ne nous paraît pas acceptable. Dans l’attente d’avancées sur ces points nous voterons contre sur ce type de bordereaux.

Bordereau 21 : charte agriculture/ ZAC du Mourillon

Monsieur le président, chers collègues,
Bien évidemment, nous soutenons la signature de la charte d’agriculture et de l’alimentation du pays de Lorient. Nous approuvons en tous points l’idée de préserver les terres agricoles et d’engager une réelle politique foncière agricole.

Mais, franchement, sommes-nous cyniques ou schizophrènes ? Pour le moins, nous sommes extrêmement incohérents, pour élaborer et signer un tel document alors que la communauté d’agglo a engagé avec la ZAC du Mourillon un projet d’urbanisation de 27 hectares de terres agricoles.

La charte fait apparaître quatre grand défis. Le premier ? Il s’agit de préserver et valoriser les ressources de l’agriculture et l’emploi. Et de citer trois enjeux stratégiques :
1- favoriser l’emploi et préparer la prochaine génération d’agriculteurs
2- assurer la protection des espaces agricoles
3- Valoriser en concertation les outils de protection agricole : terre et équipements.
Je vous fais grâce de la relecture de l’intégralité du document, mais celui-ci est clairement argumenté et parfaitement rédigé. Alors, pourquoi artificialiser ces 27 hectares de très bonnes terres agricoles?

Il s’agit d’un projet inutile, voire contre-productif : Il ne générera, à terme, aucun emploi sur la globalité du territoire. Quiconque circule dans les centre-villes sinistrés peut en témoigner. Par ailleurs,il existe déjà des friches industrielles à exploiter… Commençons par les recenser. On peut également envisager l’urbanisation à venir en terme d’optimisation d’espace : Demain matin, Audélor va présenter le résultat d’une étude sur le foncier disponible aux entreprises. Cette étude vient tard (après la clôture de l’enquête publique) et aurait mérité d’associer toutes les parties intéressées.
Le coût d’aménagement des friches industrielles est trop important, nous dit-on ; Et quel prix auront à payer nos enfants pour tous ces renoncements successifs ? Payons notre tribut dès à présent et cessons de céder à la facilité.
Il faut laisser de bonnes terres aux générations futures, qu’elles puissent disposer de saines ressources et qu’à leur tour, elles puissent alimenter correctement leurs enfants.

Bordereau 30 : Augmentation coût studios MAPL

Monsieur le président, chers collègues,
Même si nous sommes favorable à ce projet, nous nous étonnons de l’augmentation très sensible de l’enveloppe financière. Et notamment, en ce qui concerne l’évaluation des services des secours et d’incendie ? Anticiper le classement de la partie studio en 4ème catégorie paraissait envisageable, dans la mesure où les contraintes étaient connues et les aménagements à apporter en terme de risque-incendie étaient évaluables…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *