CM : interventions de Paul Cornic

Lors du Conseil Municipal de Lorient tenu le 12 octobre 2017, Paul Cornic, élu de la liste À Gauche l’Union Citoyenne, Solidaire et Écologiste, a fait les interventions suivantes :

0-3 – Délégations du maire:
Nous tenons à faire les observations suivantes concernant les marchés par délégation au Maire :
Les marchés 17031 à 17041 concernent un seul et même objet «  La création d’un PC sécurité au Stade Yves Allainmat ».
Ces 11 marchés représentent 303 000 Euros soit largement plus que la délégation du Maire. Comme nous le craignions la délégation est utilisée de façon à contourner les débats du Conseil en attribuant par petite tranchette des marchés et de façon à éviter la sanction possible du conseil, et même tout débat. Et c’est bien logique quand il s’agit de subventionner par la bande l’activité commerciale du multimillionaire de la City qui vient ici jouer à la baballe-bizness.
Vous savez M.le Maire, mmes et Messieurs les Conseillers que ces dépenses somptuaires comme la pelouse à deux millions, le chauffage de ladite pelouse, maintenant le PC sécurité à 300K€ contournent l’esprit de la Loi Buffet qui interdisait de subventionner les clubs professionnels au-delà de 2millions d’€ annuel. Chacune de ces dépenses est faite sans débat réel et sans vrai fondement légal.
Alors que le budget 2018 que vous préparez va vous obliger à faire des coupes sombres à cause de la politique défavorable aux collectivités locales du Président de la république que vous avez soutenu, vous continuez sans question, sans débat, sans écoute de dépenser pour une activité commerciale dans laquelle l’argent public n’a rien à faire.
Vous savez que d’autres solutions existent, y compris des solutions commerciales et privées qui, correctement négociées permettraient au football comme à la Ville de s’y retrouver. Mais vous vous obstinez à garder la main sur cette activité, et cela nous coûte bien cher, beaucoup, beaucoup, trop cher.

Marché 17 025 : Le marché numéro 17025 concerne, semble-t-il, des contrats passés avec trois entités différentes dans la perspective d’un projet de renouvellement urbain sur le site de l’ex-hôpital.
À la lecture du tableau nous ne comprenons pas de quoi il s’agit.
– en quoi consiste le marché ?
– comment peut-on avoir trois attributaires pour un même numéro de marché
– un budget de 1,8 M € est évoqué dans les trois lignes du tableau. Ceci relève-t-il encore de ce qui peut être décidé par le maire dans le cadre de la délégation donnée par le conseil.
De manière générale, nous n’avons pas l’impression que le devenir du secteur de l’ex-hôpital ait fait l’objet, jusqu’à présent, de consultation publique, de débats en commissions ou même de remue-méninges informel.
Est-ce que quelque chose de cet ordre a eu lieu qui nous a échappé ? Si ça n’a pas eu lieu, est-il judicieux de conclure déjà des marchés à ce sujet ?

1-2 – Mode de gestion des parkings:
Il s’agit de prendre acte, donc nous prenons acte. Et nous saisissons l’occasion pour redire notre affliction de voir que l’aveuglement de la majorité par rapport à la question de l’emprise automobile a conduit  a générer des déficits budgétaires énormes qui ne serons jamais absorbés, en particulier pour le cas du parking de la Place d’Armes, ridiculement vide avec ses 500 places inutilisées.
Nous sommes encore plus affligés par le fait que les leçons du passé n’éclairent en rien l’avenir, et qu’une nouvelle sottise est censé effacer l’ancienne : nous sommes en train d’aménager 500 places de stationnement inutiles en face  de la gare, ruinant toute espérance de rentabiliser le parc de Lorientis​.
Des millions d’€uros d’investissement et des centaines de milliers d’€uros de fonctionnement partent en fumée quand on demande aux lorientais de se serrer la ceinture.
Il est essentiel pour la «qualité de ville» de diminuer l’emprise automobile. Nous voulons espérer que le marché passé pour la gestion des parcs n’entravera pas la définition de la politique ambitieuse de mobilités actives et partagées dont Lorient aurait besoin.

3-2 – Lorient Agglo:
Rapport annuel d’activité : très beau document mais de faible intérêt quand au fond.
On y voit que Lorient a encore perdu des habitants
Transports collectifs : on s’attend avoir combien a couté Triskell 1 et 2 et ce que cela produit comme résultat : rien.
Le président nous avait souvent répété que l’hôtel d’agglo serait BBC pourrait-on avoir les résultats.
La gestion des déchets est toujours aussi faible. On brûle le carbone libéré à la torchère …
Ce qui est fait en matière d’économie d’énergie est bien mais infiniment trop faible au regard de l’enjeu.
La présentation des éléments financiers est faite en stock (minimum réglementaire) il y manque les flux (pour se faire une opinion sur les trajectoires).
C’est une plaquette d’information générale où on apprend des choses mais en aucun cas un rapport d’activité.

3 – 3 – EADM:
Rapport d’administration de la société pour 2016
Ce qui caractérise cette société :
Dette élevée, fonds prores faible et pertes lourdes.
Que faisons nous dans cette galère sinon regarder notre part du capital fondre.

3-4 – SEM Lorient Keroman: On bouche le trou qui reste encore profond.

3-5 – Loris:
Nous continuons à ne pas trouver normal que Véolia soit à la fois le 2ème actionnaire de la SEM (40% du capital) et son prestataire principal.
Nous voterons contre.

3-11 – Fil:
Concernant le festival interceltique que nous soutenons sans réserves, nous retenons deux observations de la Chambre Régionale qui nous paraissent devoir évoluer très rapidement dans l’intérêt du Festival et de notre Conseil :
Tout d’abord la Chambre souligne qu’il existe un véritable conflit d’intérêt dans la présence dans notre Conseil de membres du CA et du bureau de l’association. Cette question doit être résolue. Au-delà du problème de transparence et de conflit d’intérêt, la légalité même de nos décisions, en particulier du vote des subventions, pourrait être mis en cause devant le Tribunal Administratif par nos concitoyens. Un imbroglio juridique pourrait facilement en découler mettant en péril le versement des concours de la Ville au Festival.
D’autre part la Chambre souligne le nombre tout à fait insuffisant de femmes dans le Conseil d’Administration, 3 sur 21, et leur absence totale au bureau de l’association. Cette situation ne peut pas durer : le Festival est celui des lorientaises et des lorientais.
Au passage, M. le maire, nous avons demandé au préfet de saisir la Chambre régionale des comptes pour auditer les relations de la Ville avec le Club de Football. Le préfet a décliné notre offre. Pourriez vous dans un souci de transparence et d’égards par rapport à nos concitoyennes et concitoyens soutenir notre demande. Nulle doute que le préfet y serait sensible

3-13 – SEM Xsea Rapport d’activité:
Je vais encore me répéter : que faisons nous dans cette société sinon que immobiliser du capital que l’on voit fondre d’année en année.
Mais … je constate avec satisfaction que l’exécutif partage maintenant mon point de vue.
Pour preuve : il y a une augmentation de capital Lorient n’y souscrit pas de plus M Le Lamer abandonne son poste d’administrateur.
Mais ils ont du mal comme toujours à aller au bout de la démarche et abandonner ce qui est pour nous un boulet en effet :
Où est l’intérêt général ?
D’autant que 150 000 Euros de pertes avec un chiffre d’affaire de 350 000 Euros est un bilan catastrophique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *