Quelle informatique à l’Agglo ?

Aujourd’hui le Conseil Communautaire devrait voter deux conventions, l’une avec la commune de Cléguer, l’autre avec celle de Locmiquélic, concernant la fourniture d’équipements et de services informatiques.

Ces conventions s’inscrivent dans le cadre de la «mise en place d’une plateforme informatique» qui s’inscrit dans un «projet de mutualisation lancé à l’échelle du territoire de l’agglomération».

À la lecture de ces conventions et des annexes qui décrivent les services, on constate des choix qui indiquent que, sur ce plan de l’informatique, l’agglomération fait preuve d’un conformisme qui risque de se révéler, en définitive, bien coûteux.

  • La seule solution de gestion des utilisateurs proposée est celle de Microsoft (Active Directory).
  • La seule solution de messagerie proposée, est aussi celle de Microsoft (Exchange). Et il en coûtera à la collectivité 14 euros / an par adresse mail.
  • La prestation de stockage de données proposée aux communes est conditionnée au fait que la gestion des droits utilisateurs soit assurée «sur une plate-forme AD» … c’est à dire Microsoft !

Ajoutons qu’il ne semble y avoir aucune disposition pour favoriser des solutions de ré-emploi de matériels pour tenter d’enrayer les dynamiques d’obsolescence qui font d’ores et déjà du numérique au moins autant un problème qu’une solution.

Ces orientations ont-elles fait l’objet d’études préalables contradictoires ou sont-elles juste le choix de la facilité ?

1 commentaire pour “Quelle informatique à l’Agglo ?

  1. Philippe Le Sauze
    10 février 2017 à 13 h 08 min

    Les coût d’administration des solutions MS sont connues pur être exorbitantes.
    De plus, Les possibilités de migrations a-posteriori vers d’autres solutions sont très limitées.
    Microsoft pousse aujourd’hui vers des solutions « 365 » où les utilisateurs payent chaque année pour l’utilisation d’un service (exemple des 14€ par @mail de l’article).
    Les utilisateurs sont « captifs » suivant l’expression adaptée, et il est alors très facile à Microsoft de faire augmenter les tarifs sans que les utilisateurs ne puissent réagir.
    A minima il faudrait que le groupe de décision de l’agglo fasse connaitre l’étude contradictoire qui a mené à ce choix (on peut rêver, il y en a peut etre une). Il faudrait aussi que les services info de l’agglo montrent l’absence de conflit d’intérêt financier ou moral avec Microsoft. Un reportage récent de Elise Lucet a montré ce genre de collusion.
    Les bénévoles associatifs se démènent aujourd’hui pour combattre les GAFA + MS. Il serait bon que nos « élites » aient là aussi un devoir d’exemplarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.